Thursday, December 2, 2021

Nahimage, le nombril du web

janvier 31, 2010 by  
Filed under Photos, Story

“Le nombril du web”… Ce n’est pas moi qui le dis, c’est elle. J’avais connu le blog de Nahimage par l’intermédiaire de La Peste si mes souvenirs sont bons. C’est à cette époque que j’ai aussi fait la connaissance numérique de Eve Rock’n'Roll. Si vous connaissez le blog de ces filles, vous savez donc que nous avons affaire à des sites où le ton est direct, piquant, voire parfois virulent.
C’est ce qui m’avait immédiatement plu lors de mes premières lectures du blog de Nahimage. “Son parti pris est clair : faire rire sans faire mal, pointer du doigt sans tirer à vue.” dixit La Peste. Et c’est peu dire… Quand j’annonçais à d’autres blogueuses que Nahimage allait faire parti de PDB, certaines me dévisagèrent en disant “Nahimage, la fille qui dit ce qu’elle pense au risque de déclencher un drame nucléaire numérique ?”. Oui, c’est bien elle. Et j’allais m’en apercevoir IRL lors de notre première rencontre.

Nous étions en plein milieu du mois d’août et j’avais rendez-vous avec Nahimage vers Opéra. C’était mon dernier rendez-vous PDB avant de m’envoler pour l’Île de Beauté avec ma belle, il me fallait rester concentrer et ne pas laisser mon esprit vagabonder du côté des profondeurs au large des îles Lavezzi, non loin de Mérouville… Nahimage était déjà là quand j’arrivais sur la Place, et autant dire qu’elle me fit revenir sur terre très vite. Car Nahimage, c’est un caractère fort, en acier trempé, une élocution séduisante et le verbe habile. A peine étions-nous installés à la terrasse d’un café qu’elle m’assaillait de questions au sujet de Portraits de blogueuses, de la blogosphère en général, des femmes dans un monde ou un milieu d’homme… J’étais intrigué par cette femme à la crinière flamboyante, qui touillait son café sans me lâcher du regard, comme si elle me sondait afin d’y déceler ce qui pouvait bien se cacher derrière cette histoire de photographe qui prenait des filles qui ont des blogs en photo.
Nous discutions depuis un moment et je me disais en mon for intérieur que je tenais l’une de mes trouble-fêtes. J’avais toutefois moi-aussi observé mon interlocutrice et son attitude, ses expressions, reflétaient une très grande sensibilité. On retrouve d’ailleurs cette délicatesse, tout comme son ton parfois acerbe, dans ses écrits :
“Amoureuse, il m’arrive de lui dire je t’aime, mais jamais en rimes.”
“J’ai pour habitude de ne pas attendre grand-chose de la vie si ce n’est ce que je lui apporte, car la vie est une bonne pute qui réclame ses petits cadeaux mais le client en a toujours pour son argent. Si la vie est une bonne pute, l’homme n’est souvent qu’une piètre occasionnelle qui n’a aucune idée de la valeur d’une passe.”

Nous nous quittions en nous promettons de faire le shooting durant l’automne, cette saison nous permettant de mettre en exergue plusieurs aspects du blog de Nahimage.
Le mois d’août passa, la rentrée arriva, mais l’été avait décidé de jouer un peu les prolongations, ce qui fit que l’automne ne dura que quelques semaines. Nous étions quasiment passé de l’été à l’hiver. “Qu’à cela ne tienne, on pourrait faire le shooting dans la neige…!”. Et c’est ce que nous avons fait. Alors que Manon (ma chère assistante photo amatrice de sushi au nutella) et Isa (la maquilleuse aussi douce que grande) étaient couvertes façon esquimau, Nahimage bravait la neige et le froid en chemisier léger. Je ne pourrais décrire ici le courage qu’il faut pour rester allongé dans un lit de neige pendant près d’une heure, sachant que le froid nous empêchait quasiment de parler après seulement une vingtaine de minutes hors de la voiture.
Je ne sais pas pour vous, mais quand je vois la photo ci-dessous, je me dis que le jeu en valait la chandelle…

Et attendez de voir la photo que nous avons choisi avec Nahimage pour l’expo !
Pour vous donner une idée des conditions du shooting, une petite photo de la mise en place des différents éléments…

Un grand merci à ma petite équipe, et un Ave Nahimage pour sa disponibilité, son immense créativité (elle est la Directrice de Créa de son shooting), et sa patience sans limite…