Thursday, December 2, 2021

Ombre et Murmures

septembre 5, 2010 by  
Filed under Photos, Story

J’avais contacté Gallïane à l’époque où je recherchais des blogueuses différentes de celles que j’avais rencontré jusqu’alors. C’est justement à cette époque que ma route numérique avait croisé celles de Eve Rock’n'Roll et de Nahimage. Si Gallïane acceptait de participer à PDB, j’aurais alors un trio, le trio des bad girls de PDB. Je fus donc très ravi lorsqu’elle acceptait de me rencontrer afin que nous puissions parler plus longuement de Portraits de blogueuses et de son blog, A l’Ombre des Murmures.

“Voici un blog qui vous fera rire si vous êtes une mère de famille. Toutes celles qui jonglent entre Playmobil, lingerie sexy et rôti du dimanche s’y retrouveront. Voici un exemple de femme qui essaie de conserver un brin d’érotisme dans sa vie de couple malgré, avec sa vie de famille. Etonnante de franchise, elle n’hésite pas à se mettre en scène et joue même avec humour des petites scènes de vie quotidienne sur ses pages.” C’est cette définition qui m’avait donné envie d’en savoir plus sur cette blogueuse, mère de famille, qui voulait à tout prix rester “femme”. Ce “détail” avait pour moi une grande importance, bien au-delà de PDB.

La trentaine entamée depuis quelques temps (hum…) j’ai dans mon entourage beaucoup d’amis et de connaissances étant en couple depuis plusieurs années, avec le lot de bambins réglementaire. Et une chose revient malheureusement assez souvent : le léger changement dans le regard du mari sur sa femme, lorsque quelques années ont passé et qu’un voire deux enfants sont venus remplir de joie le cocon familiale. Ce n’est pas dans 100% des cas, mais j’ai de trop nombreuses fois entendu de jeunes pères de famille parler de leur femme comme “la mère de leur(s) enfant(s)”, et non plus comme celle qu’ils réveillaient la nuit “tellement elle est belle et que j’ai tout le temps envie d’elle”. Une rapide analyse m’avait amené à une conclusion effrayante : une fois maman, beaucoup de femmes deviennent des… mamans, au sens “dareum” du terme (donc tout sauf flatteur). Et très sincèrement, c’est très flippant. Attention, encore une fois je ne généralise pas (trop), mais cette équation je l’ai vu assez souvent se réaliser…
Et là je tombais sur le blog d’une jeune femme, mère de deux enfants (avec tout ce que cela entraîne), qui veut aussi plaire à son homme, et avant tout chose, se plaire à elle-même.

J’avais donné rendez-vous à Gallïane dans ma cantine, chez Fujita 2 tout près de Chez Colette. Elle était en retard mais ce n’était pas bien grave, je passais le temps en faisant du social media via mon Précieux. Je vis alors arriver un petit bout de femme, pressée, jolie et souriante. Nous avons donc dégusté quelques sushis tout en discutant de choses et d’autres, telles que bien entendu la blogosphère mais aussi la vie de maman, de femme. Gallïane avait un franc parler par rapport à certains sujets qui m’indiquait qu’elle avait sûrement traversé des épreuves qui l’avait obligé à s’endurcir. Je ne suis pas psychologue, c’est juste que par certains aspects je me reconnaissais en elle.
Le déjeuner était fort plaisant mais la blogueuse devait me quitter car elle avait rendez-vous non loin de là avec un blogueur du nom de Emery. J’avais déjà entendu parler de lui, et je demandais à Gallïane son avis sur cette personne. “Tu n’as qu’à m’accompagner et te faire un avis part toi-même !” me lançait-elle alors. Ni une ni deux, nous étions quelques minutes plus tard en compagnie de Emery himself, dans un bar cosy d’un bel hôtel parisien. C’est la seule et unique fois où j’ai discuté IRL avec lui, et pour être honnête la conversation fut très intéressante.

Quelques mois plus tard, ma chère make-up artist Isa et moi-même devions rencontrer Gallïane pour son Portrait de blogueuse. Nous avions rendez-vous directement sur le lieu du shooting, au Secret Square, haut lieu connu pour boire un verre ou dîner tout en contemplant un magnifique spectacle affriolant. Pour notre photoshoot le lieu était fermé au public mais le mari de Gallïane était des nôtres, tout comme une amie du couple.
La séance photo fut fort sympathique, et Monsieur Gallïane fut d’une aide précieuse en tant que directeur artistique. Pour vous donner une idée de l’ambiance, je vous invite à (re)découvrir le petit making of du photoshoot.

Et voici deux photos prises lors de cet après-midi mémorable :

Un grand merci à @epikurienne pour nous avoir autorisé à shooter au Secret Square, à Monsieur Gallïane pour sa gentillesse, à Gallïane pour la confiance qu’elle nous a accordé et pour sa bonne humeur, à leur amie qui fut discrète mais efficace, et bien entendu à ma chère Isa.